À Camerimage, un machiniste français popularise le « french pickup », le pickup où on refait tout le plan

Il n’a peut-être pas inventé la pratique, mais il en a officialisé le nom : Tom Avalaisse, chef machiniste de cinéma français, a donné ses lettres de noblesse au « french pickup », cette pratique typiquement française qui consiste à annoncer un pickup avant de finir par reprendre au début de la prise. Nous l’avons rencontré à Camerimage, où il est venu parler de son procédé à qui veut bien l’entendre. L’exception culturelle française n’a pas fini de faire rêver le monde.

Il simulait l’accent du Sud-Ouest depuis 20 ans pour bénéficier de la sympathie des productions

Renan Carcassonne, chef opérateur de long-métrage depuis plusieurs années, jouait un rôle construit depuis ses débuts d’assistant opérateur. Accent chantant, haleine anisée et boules de pétanque dans le sac à dos, ce natif de Lille s’était pris au jeu d’une vie d’agent infiltré au service de sa carrière. Son but ? Devenir le Marcel Patulacci du cinéma français.

Le technicien local vivait bien en région (mais pas la bonne)

L’équipe de tournage d’un petit film annexe 3 a été surprise. Alors qu’ils tournaient déjà depuis quelques semaines à Bordeaux, l’équipe technique a découvert avec stupéfaction que le stagiaire déco, Paul (le nom a volontairement été modifié), engagé comme « local », n’habitait pas à Paris.

Steadicamer : il rate son selfie et écope de 3 mois de suspension

Il avait pourtant mis les formes : le contre jour, les lunettes de soleil, la casquette à l’envers et bien entendu les hashtags de référence (#matos #biggear #verygoodfeature #muscle) mais rien n’y a fait. Lorsque Bastien a posté sa photo sur les réseaux sociaux, ce dernier était loin d’imaginer qu’elle n’allait recueillir que 37 likes.

MI6 : le tournage à Paris n’aurait employé que 2986 intermittents français

Un rapport accablant de la Ville de Paris rapporte que le tournage parisien du blockbuster américain n’aurait pas tenu ses engagements d’embaucher 3000 intermittents français pour le tournage. Pour compenser, plusieurs mesures sont à l’étude, dont un retour d’expérience des techniciens américains par des formations Pôle Emploi/Afdas.